Portraits de boursiers 2009 (IX) : Claire Niemkoff (France)

Publié le par CFI

claire niemkoffLe Blog du CFI poursuit la publication d'une série de portraits de collègues. Il s'agit des bénéficiaires francophones et français de son programme annuel de bourses. Ces collègues ont participé, certains pour la première fois, à un congrès de l'IFLA, à Milan, en août dernier.


Russisante, traductrice et diplômée en sciences de l’information, Claire Niemkoff a passé la première partie de sa carrière dans les centres de documentation scientifiques et techniques du secteur privé. En lien avec l’industrie et la recherche appliquée, cette expérience lui ouvre, en 1993, les portes de l’Établissement public de la Bibliothèque de France. Acquéreur en sciences de l’ingénieur, elle est chargée de constituer les collections de la future Bibliothèque nationale de France dans cette discipline. Promue conservateur, Claire rejoint, en 1998, l’Enseignement supérieur : d’abord comme chef de section au Service Commun de la Documentation de l’Université de Cergy-Pontoise, puis comme chargée des volets documentaires des contrats d’établissement à la Sous-direction des bibliothèques et de la documentation. Depuis 2005, elle occupe, à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), des missions transverses. Au titre du « développement », Claire suit le projet de nouvelle construction de la BDIC, destiné à réunifier sous un même toit et sur le campus universitaire de Paris Ouest ses deux pôles actuels, géographiquement distants : la bibliothèque et les archives de Nanterre, le Musée d’histoire contemporaine de Paris. Au titre des « relations extérieures », elle œuvre, également, à la visibilité et la notoriété de la BDIC ainsi que de son université de rattachement, aux plans territorial, national et international.

Enfin, elle fait partie de la Commission "Relations Internationales" de l’Association des bibliothécaires de France (ABF) et siège au Conseil d’administration de l’Association des directeurs de bibliothèques universitaires et des personnels de direction et de la documentation (ADBU) depuis 2008.

 

« S’impliquer, échanger, coopérer, rester solidaires, tels sont les maîtres-mots que je retiens de ma première participation à un congrès de l’IFLA ». Boursière CFI first timer en 2009, Claire est revenue de Milan impressionnée et convaincue. « Par son ampleur, l’actualité des débats et ses actions internationales, l’IFLA représente, pour l’ensemble de la profession, une véritable « force de frappe » à l’échelle globale. Les enjeux économiques, techniques et sociétaux du moment sont une raison supplémentaire pour que nous nous mobilisions, tous, dans ce cadre transnational, au profit de la francophonie. Sans oublier qu’aller à l’IFLA, c’est plonger durant quelques jours dans un véritable melting pot interculturel ! Et ça, pour moi personnellement, c’est inoubliable ! »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article